Gérer à deux

Parler d'argent à deux

Parler d’argent

Mon éducation et mes habitudes financières diffèrent de celles de mon conjoint. Comment arrimer nos deux réalités? Tout d’abord, il ne faut pas avoir peur: il faut communiquer à tout prix! Mieux se connaître aide à mieux communiquer. Et on n’oublie pas que tout n’est pas qu’une question mathématique. Certaines contributions à la famille ne se chiffrent pas. Au bout du compte, c’est souvent la recherche de l’équité plutôt que celle de l’égalité qui apporte un équilibre au couple. Et, s’il y a des enfants, les nôtres ou ceux de mon nouveau conjoint, il faut en tenir compte. Que ce soit dans notre relation ou pour nos finances personnelles, il faut faire des compromis…

Comprendre l’impact du statut civil

Le fait d’être mariés ou conjoints de fait change plusieurs choses dans notre vie. Ainsi, le mariage nous confère des droits et des obligations. Mais on doit se protéger personnellement, par exemple avec un contrat de vie commune et un testament, quand on est conjoints de fait. Par ailleurs, l’admissibilité à plusieurs programmes sociaux est établie selon les revenus déclarés dans les déclarations d’impôt. Les lois sur les impôts considèrent les conjoints de fait au même titre que les personnes mariées quand ils ont un enfant en commun ou cohabitent depuis plus d’un an. Le revenu du conjoint reconnu est également inclus dans le calcul d’une demande d’assistance financière comme exigé dans certaines lois telles que la Loi sur l’aide sociale ou la Loi sur l’aide juridique. Il est donc essentiel de mettre à jour l’information sur votre relation dans vos rapports avec les gouvernements fédéral et provincial, pour éviter peut-être une mauvaise surprise telle que l’obligation de rembourser un trop-perçu.

©2021 ACEF. Tous droits réservés.  

Membre de :